Fédération des producteurs acéricoles du Québec
header

Production et technologie Retour

Producteur de sirop d'érable

Le phénomène de la coulée

la-coule

L’érable à sucre ou l’érable rouge transforme en sucre l’amidon constitué au moment de sa croissance. Ce sucre se mélange par la suite avec l’eau absorbée par les racines de l’érable. Au printemps, lorsque les températures se réchauffent, l’eau sucrée qui se trouve dans le tronc et les racines prend de l’expansion et provoque une pression à l’intérieur de l’érable. L’alternance du gel durant la nuit et du dégel le jour favorise la coulée de l’eau d’érable qui est alors recueillie.

L’évolution de la technologie de la récolte et de la production

Jusque vers 1850 : l’entaillage est fait à la hache. L’eau est récoltée avec des contenants d’écorces de bouleau ou de chaudières en bois.

Vers 1850 : le chalumeau de bois fait son apparition.

Vers 1870 : le chalumeau et la chaudière en métal font leur apparition.

1872 : premier évaporateur.

Vers 1925 : les techniques efficaces de conservation du sirop font leur apparition. De fait, disparition progressive des pains de sucre de 5 et 10 livres comme mode de conservation de l’eau d’érable transformée.

Vers 1950 : la célèbre « canne » de sirop de 540 ml (ou 26 onces à l’époque) telle qu’on la connaît encore aujourd’hui fait son apparition.

Fin des années 70 : coup sur coup, deux innovations majeures viennent révolutionner la production de sirop d’érable : la tubulure et l’osmose inversée.

La production aujourd’hui

Le phénomène d’alternance du gel la nuit et du dégel le jour favorise la coulée de l’eau d’érable.

L’eau d’érable est alors recueillie dans des tubes directement fixés à l’extrémité de chacun des chalumeaux servant d’entailles. Ces tubes sont ensuite regroupés dans des tuyaux collecteurs qui acheminent l’eau d’érable, par gravité ou pompage, à la cabane à sucre.

À la cabane, l’eau d’érable est reçue dans d’immenses bassins en acier inoxydable et est dirigée vers l’osmoseur avant d’être bouillie pour en faire du sirop d’érable.

L’osmoseur est une technologie qui permet de concentrer le taux de sucre dans l’eau d’érable (par ex. : faire passer le taux de sucre de 3 % à 20 %).

Cette opération permet de diminuer les coûts de chauffage ainsi que l’impact environnemental de l’opération de bouillage.

Le filtrat résultant de cette opération d’osmose est une eau quasi stérile, utilisée pour le nettoyage des équipements et de la cabane.

Une fois bouillie à point, selon un procédé extrêmement précis, l’eau d’érable concentrée devient du sirop d’érable lorsqu’elle atteint 66°Brix ou 66 % de taux de sucre.

Le sirop d’érable est alors versé dans des barils préalablement stérilisés pour livraison aux acheteurs autorisés par la FPAQ.

Aujourd’hui, 98,5 % de l’eau d’érable est recueillie par des tubes et 90 % de cette eau transite par l’osmoseur avant d’être bouillie en sirop d’érable.

Les sites de la FPAQ

Logo
Logo
Logo
Logo
Suivez-nous!
Abonnez-vous à notre infolettre
© 2017 Fédération des producteurs acéricoles du Québec. Tous droits réservés.